2018

Sommaire

Samedi 22 septembre

ALICIA ET ANTHONY SE SONT DIT « OUI »

 

 

Ce samedi 22 septembre, la place de St Eloi était de  la fête pour assister au mariage d’Alicia et d’Anthony.

La famille, les amis sont venus en très grand nombre. La salle des mariages de l’hôtel de ville, n’a pas pu recevoir tous les invités.

Après une période d’essai au cours de laquelle ils ont  donné naissance à Yuna 7 ans et à Léonie 3 ans, Alicia Audibert et Anthony Sapone ont décidé  de se marier.

Voilà un beau projet !

 

Cette union a permis de réunir, tous les gens qu’ils aiment, qu’ils apprécient pour partager leur bonheur.

Tous les amis d’enfance qui ont connu le début de leur idylle et qui les ont vu évolué au fil du temps  étaient là, vêtus de leurs plus beaux apparats, sous un soleil de fin d’été qui n’avait pas perdu de sa vigueur.

Le 1er adjoint Cicile Jérôme, après avoir donné lecture des articles du code civil a procédé à l’union du couple devant les quatre témoins : Vincent et Laura Bergier, Lizon Blanc et Alexandre Guerin. Une cérémonie qui s’est voulue, joyeuse, publique et républicaine.

Puis le mariage religieux a suivi. Le curé Wojciech Plewczynski, a recueilli l’échange des consentements qui est le cœur du sacrement du mariage avec le don mutuel des alliances. Une solennité empreinte d’émotion.

Le journal « Haute Provence Info » leurs souhaite les meilleurs vœux de bonheur.

 

Pierre SANTIAGO

Samedi 1er et dimanche 2 septembre

JOLI SUCCÈS DU CHALLENGE PIERRE-MARIE PIERRISNARD

34 triplettes ont participé et honoré ce challenge de jeu provençal

Yo, avec Jacques Chignola. Concours de boules du 15 août 1983
Yo, avec Jacques Chignola. Concours de boules du 15 août 1983

 

Organisé samedi 1er et dimanche 2 au boulodrome de Puimoisson, par l'association "La boule Blanche" et par la famille de Pierre-Marie Pierrisnard, appelé "Yo" par tous ses amis, ce sont 34 triplettes qui se sont affrontées dans la bonne humeur et habitées d'un esprit sportif.

Il se prénommait Pierre-Marie, mais les gens l'appelait "Yo". C'était un enfant du pays. Puimoisson l'a vu naître et grandir. Il a fréquenté la communale Maria Borrely et déjà là, la passion pour le jeu de boules était en lui.

Tout au long de sa vie, Yo n'a pas cessé de jouer aux boules. Il était devenu un tireur hors pair que l'on croisait très souvent lors des grandes rencontres.

D'un naturel sympathique et aimable, il était habité d'un bel esprit d'équipe.

Par son caractère, il a su se faire apprécier de tous. C'était un fidèle des boulodromes de la région, avec ses amis qui regrettent sa disparition et qui en parlent très souvent.

 

 

Pour ce challenge, le soleil était présent. L'ombre généreuse des micocouliers a permis au public venu en nombre d'assister sereinement à toutes les parties.

Elles furent âprement disputées et ce n'est que dans la soirée que le verdict est tombé.

La famille de "Yo", ses deux garçons Bruno et Laurent, le président de "La Boule Blanche", ont remis le challenge à l'équipe victorieuse de Jean-jacques Luce de Valensole, ainsi que les coupes et autres récompenses aux différentes équipes méritantes.

Ils ont remercié tous les joueurs, les bénévoles, le Café des Arts, l'auberge "Côté Soleil", la municipalité, l'entreprise Eric Perier, pour leur participation et leur soutien.

Avec ce challenge bouliste, un hommage fut rendu à Yo pour sa gentillesse, son franc parler, son humour toujours présent. Une belle personne.

Pierre Santiago

Jeudi 16 août

DERNIÈRE HOMÉLIE DU PRÊTRE WOJCIECH PLEWCZYNSKI

A NOTRE DAME DE BELLEVUE

Avant de prendre une retraite bien méritée, le prêtre du canton de Riez, Wojciech  Plewczynski a officié pour la 16ième et dernière fois dans la chapelle de N.D de Bellevue.

Depuis le XIX siècle, le 16 aout pour la sainte Marie, en plein cœur de l’été, les vieux murs de la chapelle résonnent des chants  et des prières des paroissiens.

Cet édifice perché sur une colline, à quelques encablures de Puimoisson a vu le jour en 1603, grâce  à « une importante donation faite par une noble dame de Riez nommée Algarade ». Il est entouré de pins d’Alep, de chênes, d’acacias qui le  protègent  et forment un bosquet offrant  une ombre agréable au traditionnel pique-nique.

Cette messe,  dite au milieu de la nature, une fois par an, en présence d’une quarantaine de fidèles fait partie de l’histoire de Puimoisson. La ferveur parait plus dense que dans le temps ordinaire.

Elle est suivie de la procession vers la croix accompagnée de chants et de prières en langue provençale et se termine par la bénédiction des fidèles.

Cette  tradition est maintenue grâce à la disponibilité de personnes telles que Mmes Lili Testanière, Andrée  Manent et Huguette Blanc.

Pour 2019, la réfection complète de la toiture de cette petite chapelle est programmée dans le listing des travaux communaux..

Les amis de Notre Dame de Bellevue tenant à participer aux frais de rénovation ont fait  une donation  à la municipalité une jolie somme. (Fruits de la générosité des fidèles et de la vente des petits pains  bénis). 

Pierre SANTIAGO

Dimanche 15 juillet

Puimoisson a suivi la finale de la Coupe du Monde de Football

Samedi 14 juillet

GRANDS FEUX D’ARTIFICES DU 14 JUILLET

 

C’est sous un ciel clément, que la population  s’est déplacée pour assister au spectacle des  feux d’artifices du 14 juillet 2018, tirés au stade municipal sous l’œil très attentif et bien veillant des pompiers.

Une belle pyrotechnie savamment orchestrée qui a donné lieu à beaucoup de ha ! et de ho !

La municipalité a tenu à marquer de façon symbolique la révolution française de 1789 en offrant à la population de magnifiques rosaces de toutes les couleurs.Tous les spectateurs ont dit avoir apprécié ce moment féérique qui fait rêver les petits et les grands. 

Pierre Santiago          

 

Vendredi 29 juin - Dimanche 2 juillet

Fête de saint Éloi

Pour fêter le saint patron, quatre jours de liesse et d’allégresse publique sont organisées. La journée du dimanche en est l‘apothéose.

 

Cette fête est un moment d’expression, une volonté de conserver son identité en mettant le terroir provençal et communal à l’honneur.

 

Fêter St Éloi  est une tradition inscrite dans la mémoire collective héritée  du moyen Age.

Saint Eloi est issu d'une famille romaine, il serait né vers 588 à Chaptelat, près de Limoges. "Evêque de Noyon de 641 à 660, ville dans laquelle il est mort le 1er décembre 660, et est enseveli dans l'abbaye qui porte son nom, abbaye démolie lors de la révolution Française et de la première guerre mondiale. Ses reliques auraient été transférée en 1157 dans la cathédrale de Noyon.

Saint patron pour de nombreuses corporations : les orfèvres, batteurs d'or, doreurs sur cuivre, taillandiers, serruriers, forgerons, ferblantiers, maréchaux-ferrants, selliers, maquignons, charretiers et muletiers, fermiers, laboureurs et valets de ferme."

Cette année 2018, le comité des fêtes a été dans l’obligation de se mettre  en stand-by et n’a pas pu organiser ni  offrir le défilé de chars, et  toutes les animations qui font l’excellence des réjouissances de St Eloi.  

 

De ce fait, pour ne pas interrompre la tradition, qui marque aussi, l’entrée dans l’été et la fête de la lavande, l’organisation des festivités a été dévolue à la municipalité. C’est avec  l’aide du Café des Arts qu’a été mis en place, le samedi 30 juin, un grand bal avec repas. La population est venue en nombre participer à la fête foraine  et ses  nombreux manèges, attractions, stand de tir, vente de friandises etc qui ont égayé ces 4 jours.  La messe avec la distribution des petits pains bénis a été suivie avec ferveur. Un grand concours de boules a clos les festivités

 

Comme le précise le maire Philippe Coste : « Des festivités  sympathiques, à la dimension du village, sans aucune nuisance».   

 

Pierre SANTIAGO

 

 

Jeudi 21 juin

FÊTE DE LA MUSIQUE

Le 21 juin marque le solstice d'été, c'est à dire la nuit la plus courte de l'année, mais aussi la fête de la musique.

Cette année, les mélomanes avaient le choix : le restaurant "Côté Soleil" avec le repas de circonstance, ou la place du Paty, à la belle étoile, debout ou assis face aux musiciens sur une scène improvisée.

Chez Flo, "Côté Soleil", l'ambiance était cool et rieuse pour accueillir les premières notes du groupe Flouch Trio, de Moutiers Sainte Marie.

Un trio de musiciens qui "déborde d'énergie et dont le répertoire des chansons françaises à texte, ne manque pas de folie et de surprises, tantôt tendre, tantôt festif."

Un début musical doux, pour progressivement monter en gamme et se donner à fond pour le plus grand plaisir du public. Ce dernier était venu en nombre assister à cette manifestation.

La salle de restaurant était pleine à craquer. "Dommage, un peu court, mais ce fut une belle soirée, quand même."

Sur la place du Paty, l'association "Les rendez-vous de Puimoisson" avait donné rencard aux adeptes du swing manouche pour écouter "Les Cousins Furieux". Leur répertoire est une musique qui swingue et qui emplit les cœurs de joie. Un jazz manouche avec deux guitares et un accordéon, a fait vibrer et se balancer les corps et les neurones.

Une trentaine de personne a participé et apprécié cet instant musical dans un contexte savamment improvisé.

 

Pierre Santiago

Samedi 16 juin

Les légendes ne meurent jamais

Hommage à Johnny Hallyday

 

Au café des arts, Laurie et Jérôme avaient organisé un hommage pour les « 75 ans » de Johnny Hallyday. C’est un fan de l’artiste, Mickaël Boulanger qui a chanté une trentaine de tubes, balayant les années 1956 à 2016. Il a ainsi, à travers des chansons incontournables, retracé toute la carrière du chanteur. Le public a apprécié ce répertoire, reprenant les paroles et dansant au pied de l’estrade. Mickaël chante pour ses loisirs, il était accompagné pour le son et la lumière par les techniciens de K8G concept. Une soirée très réussie qui a «  mis le feu » pour des spectateurs de tout âge.

FJ

Jeudi 14 juin

Années 1950 au «Dineur»

 

Le groupe de danse en ligne, de Riez organisait une soirée années 1950. C’est au «Dineur» que les danseurs et spectateurs ont été accueillis par Pierrette et Jean Luc.

 

Musiques et vêtements vintage ont donné le ton à cette soirée très sympathique. De nombreuses démonstrations de danses, madison, salsa, charleston ont créé une ambiance dynamique. L’animatrice du groupe, Valérie Pillet, a guidé les pas de la trentaine d’élèves originaires de Riez, Puimoisson, Moustiers Sainte Marie.

Depuis un an, les cours se déroulent à la salle des fêtes de Riez le mercredi à partir de 19h. Les danses en ligne sont accessibles à tous de 13 ans à 77 ans.

 

FJ

 

Le Vovinam, de village en village

 

Après Riez et Moustiers Sainte Marie, le tatami s’est installé à Puimoisson. Le club Budo 04 et ses pratiquants en Vovinam Viet Vo Dao ont fait une brillante présentation. Les 64 adhérents se retrouvent principalement à Montagnac et par roulement dans les trois autres communes. Les cours sont ouverts à tous à partir de 5 ans, sans limitation d’âge. Les deux enseignants, Xavier Giraud et Christine Andraud développent l’objectif d’apprendre aux pratiquants la confiance en soi, l’acceptation de son corps, visant l’épanouissement personnel dans la vie quotidienne. Les démonstrations en public permettent de travailler sur la timidité.

 

Contacts : tél : 06 81 82 00 35, page facebook : budo04

 

FJ

 

Le mardi des exercices de cardio se déroulent en musique (photo/FJ)

 

Dimanche 3 juin

DEUXIÈME MARCHE DE PRINTEMPS

Bien que la météo soit incertaine, le deuxième marché de printemps organisé par la municipalité s’est tenu dimanche 3 juin sur la place de St Eloi.

 

En même temps que les étals présentaient diverses facettes de l’artisanat local, les puimoissonnais exposaient sur leur pas de portes les « trésors » détenus dans les caves et greniers.

 

Cette manifestation conjointe entre la mairie et l’association « Les rendez-vous de puimoisson » a animé le village toute la journée.

 

La menace de la pluie journalière vers le milieu de l’après-midi avec l’annonce par quelques gouttes d’eau a malheureusement contraint les participants à battre en retraite plus tôt que prévu.

 

Malgré cette courte journée, les  visiteurs ont apprécié la petite foire de printemps, à la dimension du village où une quinzaine d’artisans-fabricants venus pour la plupart du département et de la région avaient exposé leurs œuvres.

 

Il y en avait pour tous les gouts, des bijoux fait main, de la céramique dans différentes formes, des animaux et objets en tissu, des savons saponifiés à froid, fabriqués avec ingéniosité et passion, etc. De belles réalisations offertes au regard du chaland.

 

Les maisons participantes « au vide Grenier » étaient reliées entre elles par un fléchage efficace qui permettait au chineur de rejoindre tous les points de vente sans difficulté et visiter le village par la même occasion.

 

 

Pierre SANTIAGO

Jeudi 26 avril

Les nouveaux conservateurs du Café des Arts

 

 

C’est dans un cadre revisité avec des peintures  lumineuses, une belle mise en valeur des locaux, créant un tableau Art déco agréable, que le Café des Arts a ré ouvert ses portes pour une nouvelle histoire.

Jeudi 26 avril, Laurie et Jérôme, les nouveaux Boss ont convié tous leurs amis et leurs connaissances à partager leur  aventure commencée, il y a tout juste quelques jours.

Les convives ont répondu en nombre à cette invitation, venant de plusieurs communes du canton, donnant à la soirée un bel  air de fête.

Comme beaucoup de bistrots de centre du village, le café des Arts est un lieu sympathique de rendez-vous, depuis sa création aux  environs de 1900.

Sa longue histoire, s’est enrichie  de l’apport successif des différents gérants. Sans les citer tous de manière  exhaustive, il est  souhaitable  de rappeler quelques noms de ceux qui ont participé  à  rendre ce lieu accueillant et sympathique : Augustin Teston, René Ghibaudo, Georges Persini, Antoine Rodrigues, Lucien Doléon et Abdé Kablout.

Ce dernier est à l’origine de la création du point « Restauration-Pizzéria ». 

 

Ses murs sont empreints de petites histoires, d’anecdotes de toutes sortes, portant en priorité sur la  chasse, les boules et la vie du village. «Des histoires qui parfois au fur et à mesure de l’avancée de l’apéro deviennent pour certains des phantasmes et non la réalité». De vraies « Brèves de comptoirs ».

Le Café des Arts, c’est aussi le point de rendez-vous de tous les besogneux du petit matin, qui avant d’aller au labeur prennent un café en échangeant  les dernières nouvelles.

Faire une pause-café ou un apéro au « zinc » ou sur la magnifique terrasse près du jeu de boules, à l’ombre des généreux micocouliers est un moment de plaisir.

 

La route départementale Digne-Riez qui sépare le jeu de boules du Café des Arts ne perturbe pas l’économie, ni les clients. Cela fait partie du folklore.

Avec Laurie, l’enfant du pays et Jérôme celui de Roumoules,  une nouvelle dynamique est en train de naitre. L’accueil, le sérieux, la convivialité, la gentillesse sont les éléments indispensables au commerce. De ces ingrédients-là, nos jeunes hôtes n’en manquent pas, De plus, ils sont animés par un très fort  désir de réussir.

 

Outre l’animation du débit de boissons, la restauration tiendra une place conséquente dans l’établissement avec des menus cuisinés essentiellement  de produits frais du terroir. Comme le dit Laurie «pour un début, ça marche, nous sommes très contents. Les clients apprécient bien notre cuisine maison et nos pizzas».

Bienvenue et bonne chance à  ces deux nouveaux commerçants.

 

Pierre SANTIAGO

Un jeune couple au comptoir du « Café des Arts »

 

Après une quinzaine d’années, « Abdé » quitte le bar et cède l’espace à Laurie Cartier et Jérôme Ielli. Ce jeune couple, très dynamique, soutenu par le père de Laurie, Didier Cartier, a décidé de se lancer dans un nouveau projet, très différent de leurs expériences professionnelles. Laurie a travaillé dans l’animation, elle aime le contact avec les autres. Elle accueille les consommateurs avec son très joli sourire. Jérôme, commercial pendant plusieurs années est aussi très à l’aise dans le relationnel. Ils souhaitent garder le même style, « bar de village », avec une partie restauration. Les produits frais sont privilégiés et les délicieuses pizzas « d’Abdé » se font selon la même recette. Le cuisinier, Charles Pez propose également des plats du jour établis en fonction du marché.

Deux animations musicales sont déjà programmées, le samedi 16 juin avec un hommage à Johnny Hallyday et le vendredi 29 juin.

Bienvenue à cette nouvelle équipe.

FJ

C’est autour d’un apéritif très convivial que les villageois ont été conviés (photo/FJ)

 

IL FAUT RESPECTER  LA COLLECTIVITÉ

 

Quelle  mauvaise image donne le village, quand on l’aborde par  l’entrée sud dite «Les Aires»

Des containers d’ordures ménagères pleins à craquer débordent de toute part tellement ils sont surchargées, surtout le week end.

Que dire alors des « monstres », des TV, des bancs de musculation, des laves linges,  des frigos, des pneus, des matelas, des cuisinières etc, jetés çà et là.

La liste est vraiment trop longue. Il faut être inconscient, irresponsable, égoïste, paresseux…… pour prendre l’espace des containers  pour une déchetterie !!

Il faut se rappeler, qu’il existe d’autres lieux dans le village pour le tri sélectif et les ordures ménagères.

Il existe aussi, une déchetterie à Riez et à Valensole avec un ramassage communal par Les employés de la mairie  de Puimoisson.

Cette mise à disposition  figure en « boucle » sur le tableau d’information numérique de l’hôtel de ville.

 

 

LA PROPRETÉ DU VILLAGE REPRÉSENTE L’IMAGE DE SES HABITANTS.

 

 

Nul besoin d’être riche pour être propre, ce n’est pas une question  de budgets.

Depuis mars 2014,  la municipalité met  les « bouchées doubles »  pour conserver une « âme propre » au village.

Les espaces collectifs, les rues sont devenues agréables à arpenter.  Les  mauvaises herbes sont  coupées, les détritus  ramassés, les nids de poules rebouchés. 

Aujourd’hui, les places, les rues et les calades  font l’objet d’un entretien régulier.

Des socles en béton ont été érigés pour recevoir les containers des déchets ménagers et sélectifs. Des protections en bois matérialisent sécurisent et habillent cet espace.

Le maire Philippe Coste veille rigoureusement à la salubrité publique comme il est inscrit dans la loi.

Il est regrettable de devoir rappeler les règles de vie commune pour le bien de tous.

 

Pierre SANTIAGO