Actualités 2017

Mercredi 16 août

NOTRE DAME DE BELLEVUE EN FETE

Depuis le XIX siècle, le 16 aout  en plein cœur de l’été, les  vieux murs de la chapelle Notre Dame de Bellevue  résonnent  des chants  et des prières des paroissiens venus célébrer le jour de l’assomption de la vierge Marie. La tradition est respectée.

Ce lieu de culte dont les premiers vestiges datent  du XVème siècle, est perché sur la colline à quelques encablures du village. Des  travaux de rénovations ont été entrepris et finis en 1603 grâce  à « une importante donation faite par une noble dame de Riez nommée Algarade ».

Il est entouré de pins d’Alep, de chênes, d’acacias qui le protègent  et forment un bosquet offrant  une ombre généreuse au  traditionnel pique-nique.

C’est ici, au milieu de la nature, qu’une fois par an,  la ferveur parait plus dense que dans le temps ordinaire.

Cette chapelle fut  très fréquentée au  cours du XXème siècle où les offices et les sacrements  avaient  lieu régulièrement. Les anciens se plaisent à se remémorer à chaque rencontre  leurs souvenirs de jeunesse ainsi que ceux de leurs parents et  parfois de leurs  grands-parents. C’est un véritable moment d’histoires familiales.

Le curé du canton Wojciech  Plewczynski du canton empêché a cédé sa place au prêtre Fernando qui a avec humour et gentillesse à célébrer l’office.

La procession vers la croix accompagnée de chants et de prières en langue provençale ainsi que la bénédiction des fidèles a clos la cérémonie.

Cette  tradition est maintenue grâce à la disponibilité de quelques personnes. Merci à Huguette Blanc, Lili Testanière, Andrée  Manent et tous les autres.

Très prochainement, la chapelle  ayant subi  les outrages du temps verra sa toiture entièrement refaite par la mairie. Les amis de Notre Dame de Bellevue tenant à participer aux frais de rénovation ont remis à la municipalité une somme de 5000 euros. (Fruit de la générosité des fidèles et de la vente des petits pains  bénis) 

 

Pierre Santiago

Vendredi 4 août

LA GUINGUETTE  DE  LA PLACE DE ST ELOI

A l’initiative du maire Philippe Coste, la municipalité a renoué vendredi soir avec la tradition du « Baletti » d’antan.

Il n’y a pas besoin d’évènement spécial pour faire la fête

L’été, les vacances, les journées longues, la fraicheur des soirées  incitent les touristes, les autochtones  à sortir, prendre l’air, à écouter de la musique, faire  quelques pas de danse si « l’occasion" est offerte

Ce soir, l’orchestre « Blue Min’s Field »avec ses 14musiciens et chanteurs, ses jeux de lumière a fait danser et chanter  sur la place de St Eloi jusqu’au petit matin tous les amoureux du ‘Baletti » et de la  musique.

 

Associé à cette manifestation, le restaurant « Coté Soleil » a déplacé toute sa logistique pour offrir aux clients une prestation de qualité. La chef  Florence au piano, avait  composé un  repas  de circonstance.

L’espace de restauration avait été décoré et aménagé de manière à ce que  chaque  client puisse voir la scène avec l’ensemble des musiciens, l’évolution  des chanteuses et danseuses,   et accéder facilement à la piste de danse.

 

Ce fut une belle soirée à laquelle ont participé  plus de 300 personnes où jeunes et moins jeunes ont visiblement pris beaucoup de  plaisir à danser. Comme le dit une participante :

« J’aime danser en  présence de l’orchestre et de ses chanteurs  qui s’adaptent au public où tout le monde  participe, chante, s’amuse, rêve.  Le bal à papa quoi ! De la musique pour tous les gouts. Où il y a une ambiance familiale et populaire ».

Pour le maire,  renouer avec le « Baletti » est une tradition festive  locale, surtout en période estivale. Sans rester figé au passé, le bal populaire est un moyen de s’amuser, un moment de  sympathie et d’amitié pour les petits et les grands.

 

 

Pierre SANTIAGO